Un service, est-ce gratuit ?

Un service, est-ce gratuit ?

Les écrivains publics et autres prestataires en écriture exercent un métier.

Depuis le début de mon activité comme écrivain pour autrui, j’ai eu quelques remarques étonnantes. La plupart portent sur la question de la prestation et de son caractère payant. Je ne peux m’empêcher de vous narrer l’échange téléphonique auquel j’ai participé il y a quelques jours.

— Bonjour, je vous appelle pour faire relire un CV. Vous faites bien ce genre de truc ?

— Bien sûr, c’est simple et rapide. Pouvez-vous me l’envoyer par e-mail ?

— Ouais… Ça prendra longtemps ?

— Non, une fois le CV reçu, je vous envoie un message avec la facture et l’interface pour le paiement. Je démarre le correction après le paiement validé et vous remets le travail fini sous 24h. Je facture en général, une simple relecture de CV à 10€.

— Hein ? Vous demandez de l’argent pour un service ? Quand je demande à mes potes, ils ne me demandent rien…

— Eh bien, c’est mon métier, je vends des services de relecture, écriture… Je gagne ma vie avec ça…

— C’est hallucinant, zêtes pas solidaire vous, pas cool.

— Vous devriez demander à vos amis alors. Et si vous changez d’avis, je reste joignable. Je vous souhaite une bonne journée.

— Ouais.

En effet, mon activité consiste en des services, mais des services que je vends. S’il m’arrive d’en rendre aussi à mes amis, cela ne regarde que moi. En outre, si je veux vivre de mon travail, il me faut bien facturer mes prestations.

Cette aventure, qui certes peut paraître cocasse, en dit cependant long sur des points de vue assez courants.  Est-ce la pléthore de forums ou de sites d’informations gratuits sur la langue ou la façon de faire telle ou telle chose qui laisserait supposer que tout est accessible sur simple demande ? Viendrait-il à l’esprit « d’oublier de payer » son garagiste sous prétexte de solidarité ? Serait-ce parce que ce métier, le mien, est une profession d’apparence moins utile ou moins reconnue comme telle ? J’avoue ne pas avoir la réponse à ces questions.

Revenons pour conclure à une définition d’activité de service.

Définition :

Une activité de service se caractérise essentiellement par la mise à disposition d’une capacité technique ou intellectuelle. (Définition proposée par l’INSEE, que vous trouverez en intégralité ici)

Mais cette définition interfère avec l’usage courant de rendre service à quelqu’un, qui évoque la générosité et la gratuité. Un service peut être payant et parfois gratuit.

La gratuité n’implique pas l’obligation… Dans l’état actuel des choses, je vends mes services et il ne tient qu’à moi de les offrir dans un contexte donné et à qui bon me semble. Tout travail mérite salaire…

Besoin d’un conseil en écriture ou d’un écrivain public, suivez le guide.

Share this:

Leave a Reply