Histoire d’esperluette

Histoire d’esperluette

Esperluette, quel nom curieux pour un caractère

Esperluette, esperluète ou perluette. Un bien joli nom pour cette réunion du e et du t. On la trouve nichée en dessous du 1 sur les clavier français. Son étymologie est obscure, et on aime à imaginer des fables d’écoliers répétant « et, per se, et » car elle est en soi un et (les Anglais l’appellent ampersand, « and, per se, and »). Quoi qu’il en soit, l’esperluette est une ligature, dont l’aspect a beaucoup changé avec le temps. Elle prend de nombreuses formes, plus ou moins stylisées, sert souvent de monogramme et a fait les beaux jours d’une grande entreprise française. Lien, entrelacs, multiplicité et unité, l’esperluette évoque tout cela tel un nœud métaphorique, union intime du sens et de la graphie. Jadis, elle fut la vingt-septième lettre de l’alphabet paraît-il, bien que désormais reléguée aux logos et usages informatiques. Serait-il possible qu’elle revînt davantage dans nos écrits ?

Quelques esperluettes, telles que nos outils modernes la proposent
 Pour aller plus loin
Ligatures typographiques

Ligatures typographiques

 

 

 

 

 

Share this:

1 Comment

  1. Sardapala04-05-2016

    Splendide ! La compagnie Reveïda, avec son « Esperluette-danse-avec-la-peau-des-mots », dit bien la douceur inquiète qu’est cette union des signes : poème chorégraphique, caresse langagière… Merci pour ce bel article.

Leave a Reply